Biographie

 

Député de la 4e circonscription de la Loire (Ondaine - Forez - Pilat)

Issu d’une famille nombreuse des quartiers populaires de la commune de Firminy, Dino Cinieri, qui occupe le poste d’ouvrier métallurgiste au sein des établissements Mure situés au Chambon-Feugerolles, a 24 ans en 1979 lorsqu’il décide de créer sa propre entreprise dans le domaine de la sécurité.

A force de travail et de volonté, Dino Cinieri parvient d’abord à pérenniser l’activité, puis impulse un développement dans un premier temps local, puis national et enfin international. En parallèle le management se développe, l’entreprise gagne de nouveaux marchés, déploie son offre vers de nouveaux secteurs, comme la télésurveillance. A la fin des années 90 la société est le deuxième groupe français de son secteur d’activité et emploie plus de 2000 collaborateurs.

En 1996, Dino Cinieri reçoit du “Nouvel Economiste” le trophée du meilleur patron autodidacte pour la région Rhône-Alpes, Franche Comté, Auvergne.

Avec comme objectif de rendre à la communauté ce qu’elle lui a donné, Dino Cinieri décide d’entrer en politique, au service de ses concitoyens, dans les années 90 (Premier mandat, conseiller municipal d’opposition de Firminy 1989-1995). Afin de se consacrer entièrement à cette mission et de remplir les objectifs d’intérêt général qu’il s’est fixé, notamment pour sa commune de cœur, Firminy, Dino Cinieri cède son entreprise en 2001. Une page est alors tournée.

Conduisant une liste de large ouverture au côté de son ami André Reynard et des adhérents d’Union pour Firminy, Dino Cinieri remporte les élections municipales en 2001.

Mise en avant du patrimoine architectural Le Corbusier, notamment par l’achèvement de l’Eglise Saint-Pierre, accueil de nombreuses entreprises sur les zones économiques de la commune, création d’un pôle de transports multimodal, obtention de divers financements, notamment de l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine, pour les quartiers défavorisés, amélioration de l’habitat social, priorité donnée à la sécurité et à l’écoute des Appelous, relance de l’attractivité commerciale et associative …Dino Cinieri et son équipe ont fait entrer la commune dans une nouvelle ère, celle du développement et du bon vivre ensemble.

En parallèle, Dino Cinieri est élu député de la 4e circonscription de la Loire, Ondaine-Pilat-St Etienne en 2002 sous la bannière de l’UMP. Il est réélu en 2007, puis en 2012 à l’issue d’un deuxième tour épique sous forme de triangulaire l’opposant aux candidats Ecologiste-PS et Front National. Depuis 2012, la 4ecirconscription de la Loire est désormais composée des territoires de l’Ondaine, du Pilat et du Haut-Forez.

Reconnu comme étant un parlementaire assidu et actif il devient membre de la commission des affaires économiques et a été réélu chaque année par ses collègues secrétaire du Bureau de l’assemblée nationale. Il est par ailleurs vice-président des groupes d’études de l’Assemblée Nationale sur l’autisme et l’intégration des personnes handicapées, secrétaire du groupe d’études sur les politiques rurales, mais aussi membre des groupe d’études sur la viticulture, l’aménagement du territoire, l’économie sociale et solidaire, l’enseignement privé sous contrat, les industries agro-alimentaires, les filières agricoles, …

En parallèle de son engagement politique, Dino Cinieri est également président fondateur de l’association « Myopathie à tout cœur » et membre de nombreuses associations de sa circonscription œuvrant dans des domaines divers et variés : le sport, la culture, l’action sociale ou caritative, le devoir de mémoire, le handicap…

Il est élu maire de Firminy en mars 2001 et pendant 7 ans, succédant à 30 années de gestion communiste.

Il est élu député le , pour la XIIe législature (2002-2007), dans la 4ème circonscription de la Loire. Il fait partie du groupe UMP et est membre du Parti chrétien-démocrate.

Il est réélu en juin 2007. Il est président du groupe d'amitié France-République tunisienne et est également vice-président des groupes d'amitié France-Brésil, France-Inde et France-Maroc, ainsi que secrétaire des groupes France-Égypte, France-Italie et France-Guinée équatoriale à l'Assemblée nationale.

En mars 2008, il perd son siège de maire de Firminy face au PCF Marc Petit. La gauche reprend donc la gestion de la ville à partir de 2008 et la conserve jusqu'au moins 2017.

Il soutient dès  la candidature de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle de 2012, alors que Christine Boutin avait annoncé son intention de se présenter. Sa ligne de conduite par rapport aux convictions du Parti chrétien-démocrate demeure ambiguë.

Il est réélu de peu pour un troisième mandat de député à l'issue d'une triangulaire difficile lors des élections législatives de juin 2012. Il est alors élu secrétaire de l'Assemblée nationale et est membre de la commission économique.

En décembre 2015, à l'occasion des Élections régionales françaises de 2015 : il fait campagne pour Laurent Wauquiez, candidat du rassemblement de la Droite et du Centre (Union pour un mouvement populaire - Union des démocrates et indépendants - Mouvement démocrate (France)) pour la présidence de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, qui remporte l'élection face au Président sortant Jean-Jack Queyranne. Désormais à la tête du Conseil Régional, il nomme le Député au sein de son exécutif : en tant que Conseiller spécial auprès du Président.

En septembre 2016, soutient Nicolas Sarkozy pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016.

Nicolas Sarkozy ayant perdu les primaires de la Droite et du Centre de 2016 et restant fidèle à sa famille politique, il soutient François Fillon (vainqueur de la primaire) pour la campagne des présidentielles de 2017.

Il brigue un quatrième mandat de parlementaire à l'Assemblée Nationale, lors des élections législatives de 2017.

Il confirme sa position politique, notamment lors de la division de la Droite française, en clarifiant qu'il reste fidèle à sa famille politique et qu'il ne rejoint donc pas le groupe parlementaire de La Droite Constructive (rassemblement de parlementaires dissidents LR et UDI à l'Assemblée Nationale).

Il fait partie des soutiens proches et fidèles de Laurent Wauquiez et signe une Tribune appelant à la candidature du président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, à la présidence du parti Les Républicains. Il le parraine pour le congrès des Républicains de 2017.

Laurent Wauquiez remportant les élections internes de sa famille politique face à Florence Portelli et Maël de Calan, il décide de nommer le Député : au Bureau Politique, à la Commission Nationale d'Investiture et à la Trésorerie du parti en tant que Trésorier-adjoint aux côtés de Daniel Fasquelle.